Article rédigé avec l’aide de Cassandre Hinse-Joly, étudiante en médecine et stagiaire SARROS

Le mal de dos, aussi appelée douleur lombaire ou lombalgie, touche 85% de la population à un moment ou l’autre de leur vie. La majorité des maux de dos s’améliorent dans les trois premiers suivant suivant le début de la douleur. Cependant, près de la moitié des personnes ayant souffert d’un douleur lombaire vont présenter une récidive.

La colonne vertébrale est un empilement d’os appelés vertèbres, qui sont reliées entre elles par des disques intervertébraux, des ligaments et de nombreux muscles. Au centre des vertèbres, une cavité, le canal vertébral, abrite la moelle épinière. De chaque côté, des trous permettent le passage des nerfs spinaux, qui transmettent les signaux du cerveau vers le reste du corps, et vice-versa.

Les disques intervertébraux sont constitués d’un centre gélatineux entouré d’un anneau fait de fibres résistantes. Le rôle de ce disque est d’absorber les chocs et de stabiliser la colonne.

Les nerfs de la région lombaire sont responsables du mouvement et de la sensation au niveaux des jambes. Le fameux nerf sciatique provient de la combinaison de plusieurs nerfs spinaux. Il débute au niveau de la colonne vertébrale et se rend jusqu’aux pieds. La partie du nerf spinal la plus proche de la moelle épinière s’appelle la racine. Compte tenu de leur situation, les racines des nerfs spinaux peuvent être comprimées en cas de blessure de la colonne, ce qui peut occasionner de la douleur.

Schéma de la colonne lors de douleurs lombaire

Qu'est-ce qui cause la douleur lombaire?

Les douleurs lombaires sont souvent multifactorielles, c’est-à-dire que plusieurs structures (muscles, articulations, ligaments, disques) peuvent être en cause, particulièrement dans la douleur de longue date. Et quelle que soit la cause, de nombreux facteurs tels que la fatigue, l’obésité ou le manque d’exercice physique peuvent aggraver les douleurs lombaires. De la même manière, le stress peut aggraver les douleurs lombaires.

Bref, il devient moins pertinent de pointer du doigt une structure particulière car l’approche de traitement visera une réadaptation globale de votre dos et de votre santé générale pour améliorer votre condition.

Comment diagnostique-t-on la douleur lombaire?

Votre professionnel de la santé vous posera des questions sur votre douleur et procédera à un examen physique afin de mettre en évidence l’origine du problème.

Dans la grande majorité des cas, il n’est pas nécessaire de passer des examens d’imagerie (radiographie, résonance magnétique (IRM)). Cependant, votre professionnel pourrait avoir recours à ces examens dans des circonstances particulières, par exemple si les symptômes se poursuivent ou s’aggravent malgré les traitements initiaux.

À noter, il est possible qu’on observe sur les imageries des altérations structurelles à la colonne vertébrale qui ne sont pas nécessairement la cause de vos douleurs.

Quel est le traitement de la douleur lombaire?

Vrai ou faux? Le repos au lit est essentiel dans les premiers jours suivant l’apparition d’une douleur lombaire.

FAUX. Dans le traitement de la lombalgie aigüe, des études ont démontré́ que le repos au lit prolongé est inefficace, voire nocif. Le retour aux activités de la vie quotidienne, selon votre tolérance, entraîne une guérison plus rapide que le repos au lit. Bien sûr, votre douleur doit guider vos activités, et il est possible qu’un repos initial soit nécessaire, mais celui-ci ne devrait pas dépasser 2 jours.

Vrai ou faux? Le port d’un corset lombaire est déconseillé dans le traitement de la douleur lombaire.

VRAI. Le port d’un corset lombaire n’est plus recommandé dans le traitement de la douleur lombaire. Par contre, on doit admettre qu’en cas de douleur très aigüe où le soulagement est difficile à obtenir et que la ceinture lombaire facilite vos activités, on peut l’utiliser, mais temporairement.

Repos relatif

La douleur doit servir de guide. Essayez d’éviter les mouvements qui causent de la douleur, par exemple les positions assises prolongées (bain, fauteuil de type La-Z-Boy, voiture). Un repos complet est déconseillé.

Certaines positions peuvent vous aider à soulager la douleur.

  • S’allonger sur le dos avec un oreiller sous les genoux
  • S’allonger sur le côté avec un oreiller entre les deux genoux
Glace

Vous pouvez appliquer de la glace au niveau de la région lombaire pendant 20 à 30 minutes, à chaque deux à trois heures. Vous pouvez utiliser un sac de glaçon, de petits pois congelés ou un sac de gel. Attention de ne jamais appliquer de glace directement sur la peau en enrobant le sac avec une serviette.

Chaleur

L’application de chaleur devrait commencer quelques jours après le début de la douleur pour ne pas favoriser l’inflammation. Vous pouvez appliquer de la chaleur au niveau de la région lombaire sous forme d’enveloppements chauds ou d’immersion en eau chaude pendant 20 minutes, deux à trois fois par jour.

Exercices de renforcement

Les exercices ont pour but de renforcer et d’augmenter la mobilité du bas du dos. Une description de quelques exercices à faire à la maison est disponible à la fin de cet article. Il est toutefois recommandé de consulter un physiothérapeute, qui pourra utiliser des méthodes pour réduire la douleur et les spasmes musculaires, puis proposer un programme d’exercices adapté pour améliorer la stabilité, la mobilité et la force de votre dos afin de prévenir une récidive de la douleur et favoriser un retour au travail et à la vie active.

Anti-inflammatoires

La prise d’anti-inflammatoires diminue la douleur lombaire. Certains anti-inflammatoires sont disponibles en pharmacie. Votre professionnel de la santé pourra également vous prescrire un médicament anti-inflammatoire s’il le juge approprié.

Appareil TENS

Cet appareil de physiothérapie vendu en pharmacie permet de soulager la douleur en envoyant de petits courants électriques qui stimulent ou engourdissent vos nerfs. Votre physiothérapeute ou votre pharmacien pourront vous enseigner à l’utiliser.

Injection de cortisone

Dans certains cas, une injection de cortisone au niveau lombaire par un radiologiste ou un anesthésiste pourrait être nécessaire si les autres traitements n’ont pas été efficaces.

Chirurgie

La grande majorité des personnes souffrant de douleur lombaire n’ont pas besoin de chirurgie. Celle-ci est réservée aux personnes présentant des complications ou des symptômes neurologiques incapacitants.

Apprenez en plus pour rester en bonne santé

Votre santé

13 Jan. 2020 Conditions médicales

La douleur lombaire

Lire plus
29 Déc. 2019 Conditions médicales

La fasciite plantaire

Lire plus
12 Août. 2019 Conditions médicales

La tendinopathie de l’épaule

Lire plus